Il vous manque une image pour illustrer votre site internet ou votre prochain flyer et vous lancez donc tout naturellement votre moteur de recherche préféré : GOOGLE afin de dénicher la photo idéale.

STOP ! Avant de vous engager dans une recherche qui pourrait vous coûter cher nous allons reprendre les principes de base du droit d’auteur et du droit à l’image.

En effet toutes les photographies que vous trouvez sur internet sont loin d’être utilisables pour la communication de votre entreprise.

1) Google référence toutes les images des sites internet sans se soucier des droits d’utilisation

Et oui le principe de Google est simple : si vous postez une photographie de Toulouse sur votre site internet en prenant soin de la renommer correctement, il se peut que dans les prochains mois vous la retrouviez sur internet en tapant « photographie de Toulouse ». Pour autant vous n’avez pas forcément envie que votre concurrent l’utilise sur son propre site internet !

Il en va de même pour les photographes professionnels. Nous postons fréquemment des photographies sur nos sites internet ou blog afin de valoriser NOTRE travail et cela ne veut pas dire que nous autorisons tout un chacun à voler ces images.

Si vous le souhaitez Google propose une option de recherche qui va vous permettre de trier les images en fonction des droits d’utilisation. Pour cela il vous suffit d’aller sur l’onglet Image puis  Outils de recherche et Droits d’usage. Et voilà c’est à vous de jouer.

2) Vous avez l’obligation de citer l’auteur d’une photographie

Et oui les photographes sont habitués à entendre ce genre de phrase : « Ne vous inquiétez pas, comme nous sommes gentils nous vous citerons à côté de la photographie ». Au début cela avait un peu tendance à m’énerver mais avec le temps ça me fait plutôt sourire car nul n’est censé ignoré la loi et la loi est très claire sur ce point-là : le nom du photographe doit être apposé à proximité de la photographie ou dans une table des illustrations correctement illustrée.

Si vous ne connaissez pas le nom du photographe afin de respecter cette obligation c’est sûrement que vous êtes en train d’utiliser une photographie qui n’est pas libre de droits. Mais si vous avez un petit doute rien ne vous empêche d’effectuer une recherche sur internet afin de retrouver le photographe (et de lui demander son autorisation au passage). Pour cela il vous suffit de charger l’image ou l’URL de l’image sur Google à cette adresse : http://images.google.com/imghp?hl=fr

3) Même les photographies amateurs sont régies par le droit d’auteur

Vous vous trouvez sur le blog d’un particulier et vous êtes tombé amoureux d’une de ses photos ?

Qu’importe la situation toutes les photographies sont soumises au droit d’auteur et vous devez  demander une autorisation avant toute utilisation. Aussi ne pensez pas que le fait de citer simplement la source de la photographie sera suffisant car utiliser une photo sans l’autorisation du photographe même s’il est amateur est considéré comme du vol et ce dernier est en droit de vous demander des dommages et intérêts. Prenez le temps de rentrer en contact avec l’auteur du blog et évitez les phrases du style « ça lui fera de la pub d’avoir sa photo sur mon site »…

Le plus simple est encore de prévoir un contrat de cession de droit à faire signer à l’auteur lorsque vous souhaitez utiliser une de ses photos.

4) Si vous n’avez pas l’autorisation de diffusion des personnes présentes sur la photo n’utilisez pas la photo !

Le droit à l’image est très complexe à maîtriser et je vous conseille donc de vous contenter de respecter LA règle ultime dans ce domaine : n’utilisez une photographie pour votre communication que si vous possédez les droits d’images de toutes les personnes présentes sur cette dernière.

Or lorsqu’on emprunte une photo sur internet il est rare qu’elle soit livrée avec toutes les autorisations… N’exposez pas votre entreprise à d’éventuelles poursuites et à l’obligation de retirer la photographie de tous vos supports de communication (par exemple si elle est présente dans votre dernier catalogue diffusé à 50 000 exemplaires vous devrez les retirer du marché et les faire réimprimer sans cette photographie…).

Et je précise que cette règle est également valable sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas parce qu’une personne poste une photo d’elle sur Facebook qu’elle est d’accord pour que vous utilisiez son image pour la prochaine campagne de communication de votre entreprise. Et attention aux images partagées et repartagées dont on ne connaît même plus l’auteur de la photo à la fin ni le nom des personnes présentes sur cette dernière.

5) Les photographies présentes sur internet sont souvent de mauvaise qualité

Je ne parle pas ici de la qualité de prise de vue car chacun est libre de juger si une photo est belle ou non. Le problème avec les photographies mises sur internet c’est qu’elles sont souvent en basse résolution (72dpi) afin de ne pas alourdir les sites internet. Certains sites comme Leboncoin compressent encore plus les photographies. Ce qui veut dire qu’une photo « empruntée »  sur ce site via une impression d’écran puis un recadrage aura une résolution tellement basse qu’elle apparaîtra pixélisée lorsque vous voudrez l’utiliser. Je pense à cela car c’est arrivé il y a peu qu’une agence immobilière vole des images à l’un de nos clients pour les réutiliser dans son annonce et les photos étaient tellement « moches » que nous avons mis un petit moment à nous rendre compte que c’était des photos Pixcity !

De plus sachez que pour toute impression (flyer, carte de visite, catalogue…) votre agence de communication ou votre imprimeur vous demandera de livrer des images en 300dpi. Si vous avez fait toute votre mise en page avec une photo prise sur internet il faudra donc la remplacer ou prendre le risque d’avoir un rendu pixélisé.

 

En conclusion avant d’utiliser une photo prise sur internet vous devez vous assurer d’avoir les autorisations du photographe et faire attention à la notion de droit d’image des personnes présentes sur cette photo.

Il est parfois plus simple et moins coûteux sur le long terme de faire appel à un photographe professionnel mais c’est à vous de décider de cela maintenant que vous connaissez ces 5 règles d’or.

 

 

Share This